top of page

Et si les traînées blanches des avions contribuaient au réchauffement ?

Les traînées blanches souvent observées dans le ciel ont généré beaucoup d’idées reçues. Gaz d’échappement pour certains, délestages de kérosène pour d’autres. Fake news évidemment !

Par contre, certains scientifiques affirment que ces traces auraient un impact plus négatif que le carburant brûlé. Les traînées de condensation appelées « cirrus homogénitus » résultent de la vapeur d’eau se condensant sur de fines particules en suspension dans l’air. Les réacteurs d’avion accentuent cette formation car ils rejettent des poussières de suie dans l’environnement. La vapeur d’eau va donc se fixer sur ces poussières en formant des gouttelettes. Après ce phénomène la chaleur du souffle du moteur diminue sensiblement dans le sillage de l’appareil. Les gouttelettes se transforment alors en glace provoquant la formation de microscopiques cristaux de glace. Plusieurs heures après l’humidité présente dans l’air fait grossir les cristaux.

Il n’est pas rare que les traînées blanches subsistent dans l’atmosphère durant des heures. Certaines se transforment en cirrus, nuages qui évoquent les cheveux d’ange (apparence de filaments blancs). Ces cirrus, à la limite de la transparence, absorbent une partie de la radiation issue de la terre et la renvoient vers le sol. Quant aux rayons du soleil ils parviennent à traverser les cirrus.

Résultat, la température de surface s’accroit alors que les nuages plus bas, opaques et blancs contribuent à la diminuer.


Comentarios


Futurs Posts
bottom of page