Etonnant, ces oies sauvages qui volent en « V ».


On a tous un jour ou l’autre été intrigué par ces migrations d’oies se déplaçant en « V » au- dessus de nos têtes. Pourquoi en « V » et non pas en « T » ?

Si les oies sauvages veulent trouver des températures plus clémentes dans des pays chauds elles doivent parcourir entre 3500 et 7000 km ! Cela suppose de subir la météo, de pouvoir s’alimenter et de lutter contre la gravité. Pour compenser cette énorme perte d’énergie elles doivent trouver des astuces pour économiser leurs forces.

La formation en « V » est une solution incroyablement efficace pour parcourir de très longues distances. Elle permet aux volatiles d’économiser jusqu’à 70% de leur énergie lors de leur migration.

L’oiseau situé derrière vole légèrement plus haut que celui qui le précède et ainsi de suite. De fait, la résistance au vent est sensiblement réduite. Résultat : moins de battements d’ailes, moins de fatigue et moins de ressenti du vent. Les oies se déplacent à une distance précise de leurs congénères pour bénéficier au maximum du phénomène d’aspiration et synchronisent très précisément leurs battements d’ailes pour attraper les tourbillons d’air générés par leurs prédécesseurs.

La formation en « V » a également une explication visuelle. Au contraire de l’homme l’oie a les yeux situés sur les côtés. Afin de voir ses compagnes elle doit se décaler un peu pour conserver un œil sur les autres membres du groupe et rester dans la bonne direction.

D’autres oiseaux pratiquent le vol en « V » : canards, cygnes, cormorans et pélicans, espèces qui présentent la caractéristique d’avoir une grande envergure. Chez les pélicans on a constaté une baisse sensible du rythme cardiaque lors du vol. Cette technique aérodynamique se retrouve chez les cyclistes qui roulent en groupe pour profiter de l’aspiration du peloton et dans le domaine des avions militaires qui cherchent à économiser le carburant. Et comme les cyclistes, les volatiles en migration se relaient dans leur vol en « V » afin de sauvegarder leurs forces.

La formation en « V » est aussi une source de sécurité le groupe étant dissuasif pour les prédateurs.


Featured Posts
Recent Posts
Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Classic
  • LinkedIn App Icône
  • Twitter Classic